10 EMPLOIS ACCESSIBLES AU MINISTERE DE LA JUSTICE APRES LES ETUDES DE DROIT

Le ministère de la justice recrute régulièrement des diplômés sortant de la faculté de droit. Legislanne vous présente dix métiers accessibles sur concours ou par sélection pour travailler au service du ministère de la justice. En effet, le ministère de la justice comptabilise plusieurs débouchés dans la magistrature, la conciliation, la direction, l’éducation etc.

1/ MAGISTRAT

Il s’agit d’un métier accessible après un bac + 4 en droit ou après l’IEP (institut d’études politiques) et un concours qui donne accès à l’ENM (école nationale de la magistrature) durant 31 mois à Bordeaux.

Un magistrat perçoit un salaire médian de 4447€ brut par mois. Le magistrat est un fonctionnaire du ministère de la justice. Il existe 2 types de magistrat. En effet, il y a les magistrat du siège. Ce sont des juges qui se chargent d’appliquer la loi en veillant au bon déroulement du procès. Puis il y a les magistrats du parquet qui sont les défenseurs de l’ordre public. Ils sont des procureurs de la République qui représentent l’intérêt de la société. Ils dirigent les enquêtes de police et contrôlent les gardes-à-vues.

Vidéo de campagne de recrutement de la chaine YouTube ministère de la Justice pour le métier de magistrat

2/ GREFFIER

Il s’agit d’un métier accessible après un bac+2 et le recrutement s’opère par un concours. Après la réussite du concours, les futurs greffiers ont une formations rémunérée de 12 à 18 mois à l’Ecole Nationale de Greffe à Dijon. Le salaire du greffier s’élève à 1610€ net par mois et en fin de carrière 2580€ par mois.

Il y a 7 types de greffiers :

1) Greffier contractuel
2) Adjoint administratif faisant fonction de greffier
3) Greffier placé (greffier intérimaire)
4) greffier réserviste (DSGJ à la retraite)
5) Greffier en chef ( Direction des services judiciaires)
6) Greffier audiencier (que tout le monde 🌍 connaît)
7) greffier du tribunal de commerce

Son rôle consiste à retranscrire les débats durant le procès et rédiger les décisions de justice. Il est le garant du bon déroulement de la procédure.

Vidéo de campagne de recrutement de la chaine Youtube Ministère de le justice pour le métier de greffier

3/ ASSISTANT DE JUSTICE

Il s’agit d’un métier accessible après un bac+4 en droit par le biais d’un recrutement sur CV et Lettre de motivation en y incluant l’entretien. L’assistant de justice a une activité à temps partiel pour une durée de deux années renouvelable deux fois. La durée maximale de sa mission s’élève à six années. Le salaire de l’assistant de justice s’élève à 450€ ou 500€ net par mois.

Son rôle est de rechercher la documentation et la jurisprudence et de rédiger des projets de décisions sur les instructions des magistrats.

Vidéo de présentation du métier assistant de justice sur la chaine Youtube du ministère de la justice

4/ CONSEILLER PENITENTIAIRE D’INSERTION ET DE PROBATION

Il s’agit d’un métier accessible après un bac+3 dans le domaine juridique, social ou éducatif. Il y un concours à passer et après la réussite du concours une formation de deux années en tant qu’élève CPIP et une dernière année en tant que stagiaire.

Son rôle consiste à assurer un suivi des personnes condamnées par la justice et de programmer un aménagement de peine selon le profil. Son salaire est entre 1960€ et 3217€ net par mois.

Vidéo de campagne de recrutement du Ministère de la Justice pour le métier de Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation


5/ SURVEILLANT PENITENTIAIRE

Il s’agit d’un métier accessible après le brevet des collèges. Le concours est accessible à condition d’avoir 18 ans, de jouis de ses droit civiques, d’être de nationalité française, de na pas avoir l’objet de condamnation. Après le concours, les élèves surveillant ont une formation de 6 mois à l’école nationale d’administration pénitentiaire à Agen.

Il s’agit d’un fonctionnaire de l’Etat qui participe à l’application des décisions de justice et aux sentences pénales. Son salaire est entre 1500€ et 2000€ brut par mois.

Vidéo de campagne de recrutement du Ministère de la justice pour le métier de surveillant pénitentiaire

6/ CONCILIATEUR DE JUSTICE

Il s’agit d’un métier non rémunéré accessible selon 4 conditions :

  • Être majeur
  • Jouir de ses droits civiques et politiques
  • Ne pas être investi d’un mandat électif dans le ressort de la cour d’appel d’exercice
  • Ne pas exercer d’activité judiciaire, à quelque titre que ce soit

Il y a plusieurs à fournir pour envoyer sa candidature. Cela comprend un CV, une lettre de motivation, un justificatif attestant une expérience ou une formation juridique et une attestation sur l’honneur. Les candidatures sont à envoyer au magistrat coordinateur de la protection et de la conciliation de justice.

Vidéo de présentation du conciliateur de justice

7/ DIRECTEUR DU SERVICE PENITENTIAIRE D’INSERTION ET DE PROBATION

Il s’agit d’un métier accessible après un bac+3 en droit et un concours d’entrée à l’école nationale d’administration pénitentiaire. Son salaire est entre 2083 € à 4747 € net par mois.

Le directeur pénitentiaire d’insertion et de probation (DPIP) est responsable de l’organisation et du fonctionnement des services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP). Il coordonne et pilote des équipes pluridisciplinaires, et exerce des missions de conception, d’expertise, de contrôle et d’évaluation.

Les métiers de la Justice – Directeur SPIP

8/ JURISTE ASSISTANT

Il s’agit d’un métier accessible après un bac+5 ou un bac+8 en droit.

Ce recrutement est ouvert aux candidats disposant :
–    Soit d’un doctorat en droit
–    Soit d’un diplôme sanctionnant une formation juridique Bac +5 avec deux années d’expérience professionnelle dans le domaine juridique (travail en cabinet d’avocat, chargé de TD à l’université, juriste d’entreprise, etc.)

Les missions du juriste assistant dans la cadre de la Justice de proximité porteront essentiellement sur la matière pénale, mais pourront également porter sur des taches juridictionnelles en matière civile.

Source : site du ministère de la justice

Les juristes-assistants participent à l’élaboration des décisions de justice. Ils apportent leur concours aux travaux préparatoires en recherchant de la documentation et la jurisprudence, en rédigeant des notes de synthèse de dossiers ou des projets de décisions, sur les instructions et sous le contrôle des magistrats auprès desquels ils exercent. Son salaire s’élève entre 25 000€ et 30 000€ l’année.

Source : https://www.cours-appel.justice.fr/versailles/juriste-assistant

9/ ADJOINT ADMINISTRATIF

Il s’agit d’un métier accessible par la voie du concours interne ou externe sans condition de diplôme.

C’est un métier de la fonction publique catégorie C au sein du ministère de la justice qui demeure malheureusement dans l’ombre. Très souvent, les directrices de greffe sollicitent les adjoints administratifs pour former les vacataires ou les greffiers stagiaires. Les adjoints administratifs interviennent en début de procédure avant les greffiers et en fin de procédure après les greffiers. Au tribunal judiciaire de Paris, ce sont les adjoints administratifs ET les greffiers qui assurent l’accueil des justiciables pour la réception des requêtes ou pour les convocations en audience et/ou en audition. Ils sont recrutés soit sur concours externe, interne ou sur dossier (une fois par an). Ils se chargent notamment d’enregistrer les requêtes pour alléger la charge de travail des greffiers, ils effectuent les tâches administratives pour les convocations et les notifications. Ils sont habilités à tamponner avec la Marianne, le tampon exécutoire et signer à la place du greffier. Sans eux, les greffiers sont débordés. Ils sont présents au sein de tous les tribunaux.

Le salaire de l’adjoint administratif varie entre 1554€ et 2121€ net par mois selon son statut. Après 11 ans d’exercice, le concours de greffe en interne est accessible.

10/ EDUCATEUR A LA PROTECTION JUDICIAIRE DE LA JEUNESSE

Il s’agit d’un métier accessible après un bac+3 dans le domaine juridique, social ou éducatif par le biais d’un concours et d’une formation de 18 mois rémunérée à l’Ecole de Protection Judiciaire de la Jeunesse.

Son métier est d’accompagner des jeunes mineurs en difficulté ayant commis une infraction pénale en les aidant à la réinsertion dans la société par un suivi dans leur quotidien. Son salaire en débet de carrière est de 1710€ brut par mois en début de carrière et 2849€ brut par mois en fin de carrière.

Vidé ode campagne de recrutement du Ministère de la Justice pour le métier d’éducateur de protection judiciaire de le jeunesse

Publié par Anne-B

Juriste/ Blogueuse/Musicienne

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :