LE CONCOURS DE CONSEILLER PENITENTIAIRE D’INSERTION ET DE PROBATION – SESSION 2022

L’arrêté du 11 octobre 2021 prévoit l’ouverture des concours externes sur épreuves, externes sur titres, interne et du troisième concours pour le recrutement de conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation. Le 4 janvier 2021, la chaine YouTube du ministère de la Justice publie une vidéo pour l’inscription au concours CPIP de la session 2022. Cette vidéo comptabilise 10 millions de vues et des inscriptions au concours sur tout le territoire français.

« Soyez au cœur de la Justice. Devenez conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation. »

Dans la rubrique « réalité et vie professionnelle », Legislanne vous propose une immersion au sein d’une profession du secteur juridique, une journée avec un professionnel, un retour d’expérience ou les modalités d’accès à un emploi dans le secteur juridique. Il s’agit ici du ministère de la justice.

Le concours comporte des épreuves écrites d’admissibilité, puis dans un second temps des épreuves orales d’admission (si le candidat est admissible) .

Le concours externe comporte deux épreuves écrites comprenant une composition de culture générale et une note de synthèse. Pour la culture générale, ce qui est recommandé est de suivre l’actualité. Même si elle est essentiellement marquée par le covid-19, il faut essayer de décortiquer tout ce qui se passe en ce moment pour se tenir informé par exemple des nouvelles réformes en cours, des innovations technologiques et médicales, se concentrer sur les nouvelles technologies, et sur tout ce qui tourne autour de la notion de démocratie, sur les Libertés fondamentales, ect. 

Pour la note de synthèse qui dure trois heures, la gestion du temps est primordiale. Il faut rester une heure maximum au brouillon et passer en revue les documents en 40-45 minutes sachant que tous les documents ne sont pas forcément utiles pour la note de synthèse. La note de synthèse ne doit pas dépasser 30 pages. Il n’est pas nécessaire d’indiquer entre parenthèses les documents auxquels on fait référence lors de la rédaction. Les plus importants sont les circulaires, notes de services, les articles de presse. Ce qui est prescrit est une lecture en diagonale pour éviter de perdre du temps.

NB : Le dossier documentaire qui doit faire trente page tandis que la note de synthèse ne doit excéder six pages.

Les épreuves écrites durent deux demi-journées le jeudi 10 et vendredi 11 février 2022. La première épreuve consiste en une composition portant sur un sujet d’ordre général relatif à des questions politiques, économiques et sociales contemporaines ou aux libertés publiques. L’épreuve dure 4 heures et est coefficient 3. La seconde épreuve consiste en la rédaction d’une note de synthèse à partir d’un dossier portant sur des problématiques liées à la justice, qui ne peut excéder 30 pages. L’épreuve dure 3 heures et est coefficient 2.

Pour les candidats aux concours externe, interne et au troisième concours, les résultats d’admissibilité seront publiés sur internet à partir du 21 mars 2022. Si vous êtes admissible, vous recevrez une convocation aux épreuves d’admission.

La réussite aux épreuves écrites et orales donne accès au poste de conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation (CPIP) dans un un service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) . Le SPIP est un service à compétence départementale. Il intervient à la fois en milieu ouvert et en milieu fermé auprès des personnes détenues (prévenues ou condamnées) et sur saisine des autorité judiciaires pour les mesures alternatives aux poursuites, présentencielles ou postsentencielles.

La mission essentielle du SPIP est la prévention de la récidive, à travers :

  • l’aide à la décision judiciaire et l’individualisation des peines
  • la prévention de la récidive
  • la réinsertion des personnes placées sous main de justice
  • le suivi et le contrôle de leurs obligations

Ensuite le service pénitentiaire d’insertion et de probation s’occupe des détentions à domicile sous surveillance électronique soit à titre de peine ou d’aménagement de peine. C’est une alternative qui nécessite beaucoup de travail parce que ces personnes ont des horaires de sorties restreintes. Lorsqu’ ils travaillent ( car cela relève de leurs obligations judiciaires) il faut leur faire des modifications horaires sur présence des justificatifs qu’ils nous transmette pour faire valider la modification par le directeur pénitentiaire d’insertion et de probation et le juge d’application des peines pour éviter ce qu’on appelle les alarmes.  

C’est-à-dire à une alerte en cas de sortie pendant les horaires interdits. Quand une alarme est générée par les personnes sous bracelet électronique, le pôle de surveillance les contactent pour savoir où se trouve la personne et ce qu’elle fait parce qu’elle est considérée comme étant en évasion. 

Le pôle de surveillance envoie un rapport d’incident pour cette alarme au Service pénitentiaire d’insertion et de probation qui a deux jours pour la traiter. C’est-à-dire qu’il faut appeler la personne pour savoir si l’alarme lui est imputable ou non.

La détention à domicile se développe de plus en plus.

Le conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation s’occupe également des sursis probatoires qui peuvent être totale ou partiel après une condamnation par le tribunal correctionnel. 

Ils sont chargés de veiller au respect des obligations imposées par le juge aux personnes condamnées. Obligation de travail, de soins, de dédommager les victimes, de ne pas entrer en contact avec ces dernières, de ne pas paraître dans certains lieux, ect. 

Au fur et à mesure du suivi les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation réalisent plusieurs rapports qu’ils doivent faire valider par le directeur pénitentiaire d’insertion et de probation.

TIG c’est travail d’intérêt général, le SPIP questionne d’abord la personne pour lui demander ce qu’elle aimerait bien faire comme activité pour faire son TIG en fonction des partenaires du SPIP qui acceptent de prendre en charge des personnes dans le cadre de cette mesure judiciaire.

Le TNR c’est un travail non rémunéré, c’est le même principe qu’un TIG mais pour les infractions les moins graves en général durent de 20 a 100h depuis la dernière réforme en 2021.

Le SPIP en milieu ouvert s’occupe aussi des suivi socio judiciaire. C’est un suivi renforcé avec des rdv au service tous les quinze jours pour la personne qui fait l’objet de la mesure. Cela concerne les infractions graves comme les agressions sexuelles, viols, violences avec l’utilisation de moyen dangereux type incendie, terrorisme. Ce suivi peut durer une dizaine d’année en milieu ouvert mais cela peut durer jusqu’à 25-30 ans en milieu fermé par exemple quand une personne a été condamnée à une lourde peine type 20-30 ans ou perpétuité.

EN PRISON :

Elle travaille en milieu fermé en détention et contribue à la réinsertion des personnes placées sous main de Justice

Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation accompagnent les personnes détenues dans le cadre d’un parcours d’exécution des peines.

  • Ils aident à la décision judiciaire et à l’individualisation des peines : ils proposent des mesures d’aménagement de peine au juge de l’application des peines, en fonctions de la situation du condamné.
  • Ils aident à la préparation à la sortie de prison : il s’agit de faciliter l’accès des personnes incarcérées aux dispositifs d’insertion et de droit commun (logement, soin, formation, travail). Pour ce faire, les personnels pénitentiaires d’insertion et de probation développent et coordonnent un réseau de partenaires institutionnels et associatifs.
  • Ils luttent contre la désocialisation des personnes détenues.

EN MILIEU OUVERT :

Découvrez le quotidien et les missions d’un conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation en milieu ouvert

Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation interviennent dans le cadre d’un mandat judiciaire.

  • Ils apportent à l’autorité judiciaire tous les éléments d’évaluation utiles à la préparation et à la mise en œuvre des condamnations.
  • Ils aident les personnes condamnées à comprendre la peine. Ils impulsent avec elles une dynamique de réinsertion, notamment par la mise en place de programmes de prévention de la récidive.
  • Ils s’assurent du respect des obligations imposées aux personnes condamnées à des peines restrictives ou privatives de la liberté (semi-liberté, travail d’intérêt général, liberté conditionnelle, placement sous surveillance électronique)
  • Dans le cadre des politiques publiques, ils favorisent l’accès des personnes placées sous main de justice aux dispositifs d’insertion sociale et professionnelle.

Pour mener à bien ces différentes missions, ils travaillent avec les autres personnels pénitentiaires et s’appuient sur un réseau de partenaires institutionnels et associatifs.

LE CADRE D’UN EMPLOI D’UN CONSEILLER PENITENTIAIRE D’INSERTION ET DE PROBATION :

Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation assurent, sous l’autorité des directeurs pénitentiaires d’insertion et de probation, dans les services pénitentiaires d’insertion et de probation, les missions qui leur sont dévolues par la loi et les règlements à l’égard des personnes faisant l’objet d’une mesure privative ou restrictive de liberté.

Ils sont affectés, selon les besoins du service, dans un service pénitentiaire d’insertion et de probation, en direction interrégionale, à l’école nationale d’administration pénitentiaire ou à l’administration centrale, pour se voir confier des fonctions liées notamment à ces spécialités.

L’école nationale d’administration pénitentiaire est un établissement public administratif rattaché au ministère de la Justice qui relève de la direction de l’administration pénitentiaire.
Elle est le seul établissement de formation initiale (c’est-à-dire dispensée après réussite au concours choisi) pour tous les personnels pénitentiaires (personnels de surveillance, de direction, d’insertion et de probation, personnels administratifs et techniques).

Par arrêté du garde des sceaux, ministre de la justice, en date du 4 février 2022, le nombre de postes offerts au titre de l’année 2022 à l’examen professionnel pour l’accès au grade de conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation de classe exceptionnelle est fixé à 63.

Source Legifrance : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045141735?fbclid=IwAR3dkMazTUKry0dPufABBMp5CUFnQb-t6Su52ANc6OM_xEDD035CC8k20DE

L’épreuve de composition écrite présentait un sujet de composition écrite qui s’intitule « Quelle justice pour demain ? » et la note de synthèse était sur les Travaux d’Intérêt Général.

Voici une correction de la dissertation en vidéo :

Annales CPIP 2022 – Culture générale Prépa ISP

Publié par Anne-B

Juriste/ Blogueuse/Musicienne

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :