LE CONCOURS CPIP 2023 ET QUELQUES CONSEILS POUR L’ADMISSIBILITE AVEC UNE PROPOSITION DE CORRECTION

Dans la rubrique « carrières », l’équipe Legislanne vous propose les conseils de Louis CAMENZULI qui est actuellement Conseiller Pénitentiaire d’Insertion et de Probation.

Les deux épreuves les plus courantes dans les concours administratifs de catégorie A sont la note de synthèse et la dissertation. En tant qu’étudiant j’ai longtemps eu du mal avec ces deux exercices alors que même que j’avais une connaissance plutôt bonne de mes cours. Les difficultés que j’avais à assimiler les méthodes de rédaction m’ont poussé à profondément me remettre en question, avec succès. En effet j’ai pu être admissible à 6 concours de catégorie A. Ainsi je vais, ici, rapidement donner les principaux points de méthode qui m’ont permis de largement progresser.

I- La dissertation :

La complexité de la dissertation réside dans le fait qu’il n’existe pas de méthode universelle contrairement à d’autres exercices dans lesquels une méthode utilisée de manière répétitive permet d’obtenir une note convenable.

Dans la dissertation la méthode doit s’adapter au sujet. On peut de manière schématique dissocier deux types de sujet. Certains sujets traitent d’un thème large et appellent à répondre de façon à simplement expliquer ce à quoi il renvoie.

On peut ainsi prendre l’exemple d’un sujet juridique du genre : La Constitution.

Avec ce type de sujet, il s’agit d’expliquer ce qu’est la Constitution. Ainsi il conviendra d’indiquer les deux définitions de la Constitution puis d’expliquer l’histoire puis le fonctionnement de la Constitution de la cinquième République.

D’autres sujets traitent d’un thème bien plus spécifique et appellent à une réflexion bien plus problématisée ainsi qu’à une réponse visant à défendre un point de vue.

Cette fois-ci, on peut prendre l’exemple du sujet : La procédure de révision de la Constitution.

Ce sujet est propice à un débat d’idée puisqu’il s’agira de traiter la question très controversée de l’utilisation de l’article 11 de la Constitution à des fin de révision constitutionnelle. Il s’agira ainsi de défendre une position alimentant la justification de la révision par l’article 11 ou à l’inverse adopter une posture très critique de l’utilisation de cet article dans ce but.

Sujet de concours traité par ALECTUS Anna (ancienne CPIP) :

Bibliographie :

Dictionnaire juridique Dalloz
Les épreuves en droit public
Marie Cohendet
Guide du prisonnier

Sujet : Le pouvoir d’agir dans la société

Le pouvoir est une prérogative permettant à une personne de gouverner une autre personne publique ou privée.

Le terme « pouvoir » est le pouvoir politique au sens du droit constitutionnel. C’est-à-dire le pouvoir qui s’exerce dans le cadre d’une société politique.

Une société politique est une société recouvrant les autres groupes sociaux (familles, entreprises etc.) et dans laquelle le destin des hommes est envisagé globalement.

Les sociétés politiques ont revêtu diverses formes. Aujourd’hui, la forme dominante est l’État-Nation.

Le pouvoir d’agir résulte dans l’intérêt pour agir. En effet, cela s’explique par la condition de recevabilité de l’action consistant dans l’avantage que procurait au demandeur la reconnaissance par la juge de la légitimité de sa prétention. Le défaut d’intérêt d’une partie consiste une fin de non recevoir que le juge peut soulever d’office.

Le pouvoir d’agir dans la société appartient aux acteurs de l’accès au droit en tenant compte de la définition des termes du sujet.

Ce pouvoir d’agir dans la société peut être exercé par des personnes publiques comme le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation.

Il y a d’autres acteurs ayant le pouvoir d’agir comme les avocats et les associations telles que la CIMADE et le Point d’Accès aux droit en milieu carcérale.

Dans quelles mesure le pouvoir d’agir dans la société se met en œuvre dans un contexte de mission d’aide à la prise de décision, d’individualisation des peines et des mesures d’aménagement de peine ?

Il ne reste d’autre choix à la société civile que de faire pression sur les responsables politiques et aux personnes détenues de se mobiliser pour préserver les droits acquis.

I- Le pouvoir d’agir résultant de l’intérêt à agir ?

A/ Le développement du pouvoir d’agir et ses difficultés

Durant ces dernières années, la référence à la notion de « pouvoir d’agir » a énormément contribué à consolider sa façon de mener des initiatives dans la société. Cela participe à sa prise en compte dans la formation des intervenants dans le domaine social, juridique, politique, éducatif etc.

Afin de justifier le développement du pouvoir d’agir, il est nécessaire de mettre en lumière toute son expérimentation dans la société.

Il y a 2 cas dans lesquels le pouvoir d’agir rencontre des difficultés dans la société.

Dans le premier cas, l’adoption d’une conception strictement individuelle du changement conduit à définir les problèmes sociaux comme la conséquence des carences individuelles ; les intervenants concentrent leurs efforts sur l’identification et la correction de « déficits » ponctuels ou récurrents et n’attribuent pas un impact déterminants à l’influence potentielle des forces macrosociales.

Dans le second cas, le changement individuel n’est considéré que comme un épiphénomène s’il ne s’inscrit pas dans une logique de changement social ; l’amélioration des difficultés rencontrées par les personnes aidées repose sur l’avènement d’un système plus équitable d’organisation des forces macro-économiques.

B/ L’intérêt à agir à géométrie variable

II- Les personnes condamnées avec l’intérêt à agir dans la société

A/ Le respect des droits des personnes condamnées dans l’intérêt de la société

B/ Le débat de l’individualisation de la peine dans la société

Voici la suite des conseils pratiques pour réussir une note de synthèse en concours :

II- La note de synthèse :

L’objectif de la note de synthèse consiste à rendre compte du contenu de plusieurs documents de manière synthétique tout en étant le plus complet possible.

Suivant les concours, les consignes peuvent changer, mais la note de synthèse dans sa version la plus classique implique de citer tous les documents, et de ne pas utiliser ses connaissances personnelles.

En ce qui concerne le plan à adopter, plusieurs cas se présentent.

On peut avoir à faire à des articles se complétant. Ainsi un article traitant, par exemple, de la problématique de l’abstention et un article traitant de propositions en lien avec le recours au référendum permettront de rédiger une note de synthèse composée d’une partie dans laquelle il conviendra d’expliquer les conséquences de l’abstention électorale et d’une seconde partie proposant le recours au référendum en guise de solution.

D’autres sujets de note de synthèse comporteront des articles s’opposant. Dès lors, un article prenant partie pour le vote obligatoire en réponse à l’abstention couplé à un article déclinant des arguments opposés à cette obligation vont permettre de formuler un plan dialectique (deux parties qui s’opposent ou une partie nuançant l’autre).

Bien-sûr la plupart des sujets de note de synthèse comportent un total approchant les dix documents qui ne sont pas tous des articles de presse dont certains se compléteront et d’autres s’opposant. Les exemples pris plus haut sont donc schématiques et ne sauraient refléter une quelconque réalité. L’enjeu est donc d’analyser globalement l’ensemble des documents et d’essayer de détecter si l’ensemble est plus propice au complément ou à l’opposition.

Autre difficulté souvent rencontrée face à une note de synthèse : le temps.

En effet, les documents doivent être lus en diagonale et il faut toujours garder le temps nécessaire pour la rédaction qui prend un temps similaire de celui de la dissertation.

LE METIER DE LEGAL OPERATIONS OFFICER AU SEIN DE LA DIRECTION DE LA COMMANDE PUBLIQUE

Dans la rubrique « réalité et vie professionnelle » qui devient à ce jour la rubrique « carrières », l’équipe Legislanne vous mettra en lumière un top des 10 métiers dans le secteur des marchés publics après les études de droit. Le métier qui sera mis en avant est celui de legal operations officer au sein de la direction de la commande publique.

La direction juridique de la commande publique est aujourd’hui un business partner car elle s’inscrit dans une démarche stratégique. C’est pourquoi elle doit être un acteur clé de l’innovation. Pour accompagner les directions juridiques dans toutes leurs démarches de transformation, une nouvelle fonction est apparue : le legal operations officer.

Les postes de legal operations manager, legal officer, office manager sont de plus en plus nombreux. Ce rôle vient du monde anglo-saxon. Un tel poste démontre la volonté concrète de la direction juridique de rationaliser et d’optimiser tant ses ressources que ses process. Que fait exactement ce legal officer au quotidien ? En quoi est-il si indispensable ? Quelle est sa formation ? Est-ce même un juriste ?

I- La définition du métier  » legal operations officer »

Le terme « legal operations » ou « legal officer » est de plus en plus utilisé mais beaucoup ne savent pas encore exactement ce dont il s’agit, ni ce qu’il recouvre précisément.

Le legal operations officer permet aux directions juridiques d’être plus efficaces, plus performantes et plus visibles dans les organisations.

Ils ont vocation à occuper un rôle important qui correspond à un niveau d’expertise supérieur en réalisant des tâches complexes de gestion administrative.

II- Les catégories de legal operations officer au sein de la commande publique

On peut les regrouper dans plusieurs catégorie :

Première catégorie : la planification stratégique avec le directeur juridique

Le legal officer fixe les priorités stratégiques en fonction des besoins du département juridique. Il créé des indicateurs de performance pour permettre au directeur juridique de mieux piloter son activité. il examine le nombre de contrats générés par les juristes, le nombre de requête répétitives ainsi que le nombre de dossiers qui leurs sont confiés.

Deuxième catégorie : la gestion de projets

Le legal operations pilote des projets comme la mise en place d’un logiciel pour faciliter la procédure administrative des contrats de marchés publics. Une fois les besoins identifiés, il met en place la bonne solution de Contract management.

Le legal officer s’implique dans des projets afin d’améliorer l’organisation au sein du département juridique. Il peut s’agir d’un groupe de travail pour l’amélioration des process, d’un groupe de travail pour la refonte du serveur etc.

L’intérêt est d’accélérer la notification des contrats et de réduire les risques contractuels. Le legal operations coordonne le projet avec toutes les parties prenantes : service informatique, achats, marketing etc.

Troisième catégorie : la gestion des ressources humaines (correspondant RH)

Cette catégorie regroupe tous les legal officer qui savent communiquer au sujet de la politique RH de la direction juridique. ll impulse une équipe motivée et reconnue. Il repère les besoins en formation et il fait évoluer les juristes vers d’autres domaines.

Quatrième catégorie : la gestion des connaissances et de l’information

Le legal operations favorise la diffusion de la culture juridique et la mise en commun du savoir juridique. Ce qui permet de décloisonner les silo au sein de la direction juridique.

Il dispose pour cela d’outils collaboratifs comme les réseaux sociaux, les plateformes de partage et de documents, les comités éditoriales qui rendent accessibles toutes les informations.

Cinquième catégorie : la communication et la visibilité

Le legal operations élabore la communication interne de la direction juridique. Elle devient alors plus visible et donc mieux positionnée en référencement.

Par exemple, le legal opérations peut créer un intranet juridique, une newsletter mensuelle, des quizz, des chatbots et proposer des formations juridiques plus ludiques. Le legal operations promeut l’utilisation du legal design pour construire une communication claire, impactante et engageante.

III- Les missions du legal operations officer au sein de la direction de la commande publique

Au sein de la direction juridique, le legal operations officer est chargé des aspects organisationnels, de la gestion administrative et juridique des contrats de celle-ci.

Fort d’un rôle transverse, il est le carrefour des relations entre la direction de la commande publique et les directions opérationnelles avec lesquelles celle-ci a vocation à travailler. Son rôle sera de s’assurer de l’harmonisation des procédures internes, de la fluidité de celle-ci et de leur simplicité pour les juristes au quotidien.

Sa mission va plus loin puisqu’il assistera également la direction juridique dans sa transformation numérique. En effet la simplification des process et workflows peut notamment passer par le recours à des outils digitaux toujours plus nombreux sur le marché. Il travaillera de façon étroite avec le responsable de l’innovation ou avec le département informatique chargé d’assurer la transformation digitale des directions.

Ensemble, ils pourront convenir de mettre en place un ou plusieurs logiciels proposés sur le marché ou construire en interne leur propre solution sur-mesure.

Enfin, il pourra travailler étroitement avec la direction des ressources humaines sur les problématiques organisationnelles de ses équipes, les besoins en terme de recrutement et de rétention de talents, ainsi qu’avec la direction de la communication afin de faire rayonner l’influence de la direction juridique.

Au sein de la procédure des marchés publics, il intervient à l’ouverture des plis afin de procéder à la rédaction du procès verbal d’ouverture des plus. Ensuite, il intervient pour rédiger et envoyer les courriers d’offres non retenues. Enfin, il procède à l’envoi du courrier d’attribution du marché, la notification du marché et au rassemblement des pièces du marché pour le contrôle de légalité.

IV- Le legal operations officer indispensable au sein de la direction de la commande publique

Maillon essentiel au sein de la direction juridique, le legal operations officer est l’interface entre les juristes et les directions opérationnelles. Il doit savoir s’adapter avec flexibilité aux changements de priorités du business tout en connaissant intimement les rouages de la direction juridique, ses process et ses modalités organisationnelles. Il s’agira souvent d’un juriste de formation et d’expérience ayant une vision globale du métier et de sa pratique. Organisé, pragmatique et très orienté vers la solution de problèmes, le legal operations officer est aussi un bon communiquant.

LES SECRETS POUR REUSSIR SA FICHE D’ARRET OU SA FICHE DE JURISPRUDENCE : 10 REFERENCES DE METHODOLOGIE POUR UNE FICHE D’ARRET

Dans la rubrique « vie étudiante », l’équipe Legislanne vous propose 10 références de méthodologie pour réussir l’exercice juridique de la fiche d’arrêt. Premièrement, il s’agira de comprendre la raison pour laquelle certains étudiants échouent à la réalisation de la fiche de jurisprudence. Deuxièmement, des références youtubeurs en droit seront mis en lumière afin de proposer des méthodes gratuites en e-learning pour vous exercer à la fiche d’arrêt. Ce qui laisse l’embarras du choix en terme d’apprentissage que ce soit en vidéo, en podcast ou en formation gratuite sur plusieurs plateformes proposés par des professeurs, avocats et formateurs.

I- 10 raisons pour lesquels les étudiants échouent à l’exercices de la fiche d’arrêt

La fiche d’arrêt est le premier exercice juridique sur lequel les étudiants en première année de licence de droit sont éprouvés. Parfois, il arrive que la méthodologie ne soit pas compris dès le premier cours pour plusieurs raisons. La première raison réside dans le fait qu’il s’agit d’un exercice nouveau pour des étudiants sortants du lycée. La deuxième raison est le fait que les étudiants ne comprennent pas l’objectif de l’exercice de la fiche de jurisprudence. En réalité, cet exercice juridique permet de mettre en lumière l’arrêt avec des étapes à respecter pour que la jurisprudence soit compris du lecteur. Cet exercice sert à pouvoir maitriser l’introduction du commentaire d’arrêt qui est un autre exercice juridique. La troisième raison est la difficulté des étudiants à identifier le type d’arrêt et de discerner la manière dont s’y prendre s’il s’agit d’un arrêt de pourvoi ou d’un arrêt de rejet. La quatrième raison est que la manière d’expliquer cet exercice n’est pas compatible à la compréhension de tous. Certains étudiants se voient obligés d’aller dans plusieurs cours de Travaux Dirigés auprès de plusieurs chargés de TD afin de maitriser cet exercice. La cinquième raison est le manque d’entrainement avec des annales. Puisque certains étudiants ne réalisent pas l’intégralité de leur séance de Travaux Dirigés pour s’exercer à la fiche d’arrêt. La conséquence est l’accumulation de mauvaises notes à l’issue de la réalisation de la fiche d’arrêt. La sixième raison réside dans la difficulté à comprendre tout simplement un arrêt. Dans le cas où l’étudiant ne comprend pas l’arrêt, il lui est impossible de réussir sa fiche d’arrêt. La septième raison est le manque de cours de méthodologie juridique dans certaines universités. Il y a des facultés de droit dans lesquels il y a des cours essentiellement consacrés à la maitrise de la méthodologie juridique. La huitième raison est le manque d’exemples avec des fiches d’arrêt bien réalisés et noté pour que les étudiants puissent s’en inspiré. La neuvième raison est l’absence d’annotations sur les copies. Sans une explication écrite sur la copie de l’étudiant, il ne peut cerner la manière dont il peut s’améliorer pour ses prochaines fiche d’arrêt. Dans ce cas, il a toujours la possibilité de se tourner vers le tutorat proposé par l’université. La dixième raison est le fait que l’étudiant ne maitrise pas son cours. En effet, si le cours n’est pas compris alors il y a plusieurs difficultés qui interviennent pour la réussite d’une fiche d’arrêt.

II- 10 références méthodologiques pour la réalisation de la fiche de jurisprudence

1/ JURIXIO

QUI SUIS-JE ? Je m’appelle Morgan, je suis chargé de travaux dirigés. Sur cette chaine, je publie des vidéos pour apprendre, comprendre et réviser le droit. Ces vidéos s’adressent à tous les étudiants font du droit.

Mon objectif : c’est votre réussite. Alors, si vous voulez réussir, n’attendez plus avant de vous abonner pour ne louper aucune vidéo (et pour soutenir la chaîne)

Morgan Chervet

Morgan CHERVET est professeur de droit et youtubeur en droit. Ses 2 chaines Youtube : « JuriXio » et « Jurixio les vidéos de droit » comptabilise plus de 100 000 abonnés.

Son portrait a été mis en lumière sur France 3 :  https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/jurixio-prof-de-droit-transforme-tiktok-en-salle-de-cours-2546168.html

C’est le premier youtubeur en droit à être récompensé par YouTube avec le trophée des 100 000 abonnés : TOP 3 DES YOUTUBEURS EN DROIT RÉCOMPENSÉS PAR YOUTUBE – LEGISLANNE

Il aime faire ses vidéos et la transmission du droit est quelque chose de magique pour lui. Il propose des vidéos dans plusieurs matières juridiques à ses viewers et pour se diversifier, il travaille avec une équipe d’étudiants en droit qui sont volontaires pour proposer davantage de vidéos sur sa chaine YouTube.

Lien de son blog : https://leblogdejurixio.fr/

Lien de sa vidéo pour la fiche d’arrêt : (199) FICHE D’ARRÊT : Comment la réussir parfaitement ? – Jurixio – YouTube

Cliquez ici pour découvrir la formation FICHE D’ARRÊT FACILE™ : https://ecole.jurixio.com/fichedarret… 🎁 Téléchargez gratuitement le kit de survie de l’étudiant en droit : https://jurixio.ck.page/kit

2/ LE DROIT EN 5 MINUTES

Le samedi 3 décembre 2022 s’est déroulée l’édition parisienne de la Jurist day. Après un succès à Lyon avec 400 entrées, la jurist day parisienne attire 500 personnes. Il s’agit du premier salon pour les étudiants en droit qui a été créé par Constance MOSNIER. Elle est la créatrice de la chaine YouTube « le droit en 5 minutes » qui comptabilise plus de 21 000 abonnés. Le jour de la jurist day est né un magazine accessible gratuitement à 100% pour les étudiants en droit.

Lien de la vidéo pour la fiche d’arrêt : (199) Méthodologie de la Fiche d’Arrêt – YouTube

Cette chaine 100% consacrée à l’apprentissage facile, gratuite et surtout efficace des cours de droit mais aussi de la méthodologie essentielle pour réussir et des conseils concernant la recherche de stage, de master ou encore de projet pro !

3/ JURISPLANET

Marc VILLALONGUE est un juriste indépendant en droit des affaires. Il se considère comme étant un vidéaste amateur. Il est le fondateur de la chaîne YouTube « Jurisplanet » qui contient 73 vidéos. Malgré le fait qu’il soit officiellement arrivé à son terme en tant que Youtubeur, ses viewers lui restent fidèles.

Lien de la vidéo pour l’explication de la fiche d’arrêt : (199) Astuce de cours #10 : La fiche d’arrêt – YouTube

4/ AIDE AUX TD

« Qui suis-je ? 👨‍🎓 Je m’appelle Raphaël BRIGUET-LAMARRE, je suis chargé d’enseignement à l’université et avocat de formation, diplômé de l’école de formation du barreau de Paris. J’ai créé le site internet Aideauxtd.com pour aider les étudiants en droit à réussir leurs études sans sacrifier leur vie personnelle et leur vie sociale. J’espère avec les fiches, articles, vidéos et cours qui y figurent, participer à la réussite de tous les étudiants en droit que j’accompagne et leur permettre de décrocher des diplômes prestigieux et le travail de leur rêve. »

BRIGUET-LAMARRE Raphael est un ancien avocat spécialisé en droit social. Il est le créateur du site aideauxtd.com dans lequel il propose des cours de droit social et de méthodologie juridique. Il est également le fondateur de la chaine YouTube AideauxTD qui compte plus de 6000 abonnés dans laquelle il propose des vidéos d’actualité et de conseils. Tout son contenu gratuit est destiné aux étudiants en droit :

-Niveau Licence 1 pour la méthodologie juridique

-Niveau Licence 3 pour le droit du travail

-Niveau Master pour le droit social et également pour les candidats au CRFPA.

Lien de la vidéo explicative de la fiche d’arrêt : (200) Fiche D’arrêt : Méthode et Étapes Pour La Rédiger – YouTube

👉 Tous vos cours de première année de droit en vidéos, fiches, exercices corrigés et quiz avec L’académie L1: https://aideauxtd.com/academie-l1-droit 👉CHALLENGE 7 jours pour réussir sa première année de droit avec mention (gratuit) : https://aideauxtd.com/challenge-reuss… La fiche d’arrêt est un exercice qui consiste à présenter une décision de justice (et non à expliquer contrairement au commentaire d’arrêt) selon une méthode particulière comportant plusieurs étapes obligatoires. Lien de l’article : https://aideauxtd.com/methode-fiche-d…

5/ FREDERIC MESNY

Formateur en droit, économie et management des entreprises depuis plus de 10 ans. Mes étudiants sont essentiellement des BTS tertiaires (MUC, NDRC, Notariat, professions immobilières…). J’enseigne également en Bachelor et Master la science politique.

Ma chaîne youtube pédagogique « Frédéric Mesny » me sert de support à l’apprentissage en classe inversée, pratiquée avec mes étudiants.

Frederic Mesny

Il nous propose une vidéo pour apprendre à réaliser une fiche d’arrêt, avec un exemple d’arrêt de la Cour de cassation et son corrigé.

Lien de la vidéo méthodologie de la fiche d’arrêt : (200) Méthodologie de la fiche d’arrêt (Exercice + corrigé) – YouTube

6/ CLAIRE QUETAND-FINET

Claire Quétand-Finet

Avocate en droit de la famille et créatrice de la chaine YouTube « CQF » sur laquelle elle prodigue des conseils aux étudiants en droit.

Lien de la vidéo de la méthode pour la fiche d’arrêt : (200) La méthode de la fiche arrêt – YouTube

La méthode pour réaliser une fiche d’arrêt telle qu’elle est demandée à l’Université aux étudiants en droit. Vidéo par maître Claire Quétand-Finet, avocate au barreau de Versailles : https://cqf-avocat.com

7/ PROF JON

Prof Jon est l’un des précurseurs qui a frayé un chemin pour les vidéastes en droit. Sa chaine YouTube comptabilise 9000 abonnés et 35 vidéos. Il est avocat et docteur en droit.

Lien de la vidéo pour faire une fiche d’arrêt avec un exemple : (200) MAÎTRISER FACILEMENT LA FICHE D’ARRÊT AVEC UN EXEMPLE #1, Prof Jon. – YouTube

POSE MOI EN PRIVE TES QUESTIONS PERSONNALISÉES ET RÉUSSIS TA LICENCE EN DROIT : http://profjon.fr/index.php/abonnemen…

Prof Jon

8/ TU COURS DROIT

Comment faire une fiche d’arrêt et commentaire d’arrêt ? J’explique la méthode puis je l’applique à un arrêt qui refuse le « sexe neutre ». Pour aller plus loin, je vous renvoi vers la suite : comment réussir le commentaire d’arrêt à tous les coups ! https://youtu.be/8EYjwbey2PY Vous pouvez accéder à l’arrêt de la cour de cassation (cass. civ. 1, 4 mai 2017, 16-17.189) à ce lien : https://www.legifrance.gouv.fr/affich…

Tu cours droit

Lien de la vidéo : (200) Fiche d’arrêt et commentaire d’arrêt ? – YouTube

9/ LE MONDE JURIDIQUE SIMPLIFIE

Lamiaa Bencherqui est une youtubeuse franco-marocaine en droit active sur Instagram, TikTok et Facebook. Elle est la créatrice de la chaîne YouTube « le monde juridique simplifiée » qui existe depuis 2020. Elle comptabilise plus de 4000 abonnés et 78 vidéos. Dans cette vidéo, elle explique qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances pour réussir une note de synthèse. Selon elle, le plus important est le respect de la méthodologie. Au travers de cette vidéo de 44 minutes, elle propose un apprentissage de la méthodologie de la note de synthèse en e-learning.

Hello, dans cette vidéo je vous donne toutes les étapes et les conseils pour bien réussir votre ficha d’arrêt et avoir une bonne note.

Lamiaa Bencherqui

Lien la vidéo de Lamiaa Bencherqui pour la fiche d’arrêt : (200) Comment réussir votre fiche d’arrêt ? – YouTube

10/ JURISTE DE DEMAIN

Laurène D.

Je vous propose une série de vidéos et Podcast concernant les fondamentaux, les bases en droit. Soit pour vous préparer à entrer dans cet univers, soit pour réviser, soit pour vous préparer aux concours ou pour solidifier pour votre culture juridique. On commence avec la fiche d’arrêt expliquée dans cette vidéo avec des tips pour bien comprendre un arrêt de la Cour de cassation. (celle-ci est accessible aux débutants).

L.Derne

Lien de la vidéo : (200) Comprendre un arrêt – fiche d’arrêt- #3 – YouTube

III- Les références Youtube en droit pour la méthodologie juridique

Parmi les 10 références méthodologiques ci-dessus, il y a :

  • Un enseignant en droit
  • Une étudiante en droit : il s’agit d’une chaine YouTube proposée par une étudiante en droit et pour les étudiants en droit. Elle a créé la Jurist day qui est le premier salon pour les étudiants en droit et également le jurist mag qui est un magazine 100% gratuit pour les étudiants en droit.
  • Un juriste
  • Un chargé d’enseignement qui propose des cours de droit en ligne
  • Un formateur
  • Une avocate
  • Un avocat youtubeur
  • Un créateur de contenu digital
  • Une juriste youtubeuse
  • Une juriste podcasteuse

IV- QUELQUES RESSOURCES POUR VOUS AIDER

L’école Jurixio

(209) Faire une Fiche d’Arrêt : [Méthodologie] – YouTube

Astuce pour réussir la fiche d’arrêt à la demande des étudiants en droit : C’est ne courte synthèse d’un arrêt. Il existe des fiches de jurisprudence pour s’exercer. Cela est pratique pour préparer un commentaire d’arrêt. Il s’agit de la méthode « MOUSSERON ».

Méthodologie de la Fiche d’arrêt (+exemples) | Aideauxtd.com

MAÎTRISER FACILEMENT LA FICHE D’ARRÊT AVEC UN EXEMPLE #1, Prof Jon. – YouTube

JURISMANA

(209) La fiche de jurisprudence – YouTube

DAMIEN BRIAND

(209) La méthode de la fiche d’arrêt partie 1 – YouTube

(209) La méthode de la fiche d’arrêt partie 2 – YouTube

Toute l’équipe Legislanne vous souhaite de réussir l’exercice de la fiche d’arrêt afin de pouvoir passer à la réussite de la méthodologie du commentaire d’arrêt expliqué dans cet article ci-dessous :

10 RÉFÉRENCES DE MÉTHODOLOGIE EN COMMENTAIRE D’ARRÊT POUR LES ÉTUDIANTS EN DROIT (SECRETS, ASTUCES) – LEGISLANNE

Géomancis media : le commentaire d’arrêt et ses secrets

(209) MÉTHODOLOGIE DU COMMENTAIRE D’ARRÊT & COMMENT RÉUSSIR /DROIT – YouTube

Juristudes : Comment rédiger un commentaire d’arrêt ?

(209) Comment rédiger un commentaire d’arrêt ? – YouTube

JE VULGARISE LE DROIT SUR TIK-TOK ET A LA TELEVISION SUR LIFE TV CANAL N.206

Dans la rubrique « influenceurs du droit », l’équipe Legislanne prête la plume à un tiktokeur ivorien en droit qui s’appelle Tosseta. Actuellement, il donne un rendez-vous récurrent à ses abonnés sur la chaine de télévision « Life TV ». Ses activités sur les réseaux sociaux et à la télévisions s’entreprennent en parallèle de ses études de droit en dernière année de master droit des affaires à l’Université.

« Dans cet article de façon successive je vais mettre en lumière ce pourquoi je me suis engagé au service du droit. Il s’agira de relater brièvement mon parcours universitaire et exposer mes motivations et la manière dont j’y suis arrivé. Enfin, comment j’ai migré des réseaux sociaux à la télévision.

J’ai toujours été une personne remplie d’humanité loin de vouloir me jeter des fleurs.

I-MON PARCOURS    

Ma vocation pour le droit remonte à l’école primaire, lorsque j’étais en classe de CM2, j’avais cette capacité de convaincre les gens et on m’a conseillé de m’orienter vers les études de droit afin d’accéder à la profession d’avocat. Ce conseil d’orientation m’a été prodigué dans l’objectif de rentabiliser cette vocation précoce au profit des autres.

Après le baccalauréat en 2018 j’ai été orienté en ressources humaines, je reconnais que cette filière qui ne m’enchantait pas du tout comme on le dit en Côte d’Ivoire :

« Moi j’étais gamé sur le droit hun. »

Tosseta

J’ai alors entrepris des démarches administratives pour être réorienté en faculté de droit à l’Université Felix Houphouet Boigny de Cocody où j’ai fini par faire la première année de licence 1 en droit pour obtenir le DEUG premièrement, ensuite être diplômé de la LICENCE en droit privé. Finalement, j’ai validé le MASTER 1 de droit qui équivaut à une maitrise. Actuellement, je suis en master 2 professionnel spécialisé en droit des affaires.

II- MA MOTIVATION R EN TANT QUE CREATEUR DE CONTENU

J’ai toujours eu des difficultés à comprendre la raison pour laquelle en Afrique notamment en côte d’ivoire les gens n’arrivent pas à faire valoir leurs droits et je suis arrivé à la conclusion que grand nombre de personne vivant en côte d’ivoire sont analphabètes et n’ont pas accès aux documents juridiques aussi facilement afin de prendre connaissance des règles juridiques. Etant donné qu’il n’existe aucun mécanisme pour remédier à ce constat, j’ai donc jugé bon de procéder à la création de contenu vidéo afin de dire le droit plus simplement dans un langage pas trop riche pour que même les couches sociales les plus basses puissent avoir une petite connaissance de certaines règles juridiques, histoire d’éviter certaines inégalités.

« Nul n’est censé ignorer la loi ».

Nemo jus ignorare censetur

Je dis le droit de la façon la plus simple possible, j’essaie d’écarter ce mystère qui tourne autour de plusieurs problématiques face au droit qui n’existe pas seulement pour le juriste mais plutôt pour ces personnes qui forment la société.

« UBI SOCIETAS, IBI JUS ».

 Le droit ne peut naitre que si une société existe.

III- J’AI ATTEINT L’OBJECTIF DE VULGARISATION

Je crois que j’y suis arrivé mon audience sur les réseaux sociaux et le retour des uns et des autres me laissent affirmer ceci avec aisance.

Le nombre de viewers pour toutes les vidéos postées, les remerciements donnent l’envie de poursuivre la vulgarisation du droit sur plusieurs médias. Tout cet engouement autour de mes contenus a attiré de nombreuses chaines de télévisions et producteurs.

IV-DES RESEAUX SOCIAUX A LA TELEVISION

« Le media ivoirien commence à s’intéresser à moi et là je suis heureux car un bon nombre de personnes pourront enfin connaitre le droit de la façon la plus simple possible. »

Tosseta

C’est ainsi que j’accepte de travailler avec une chaine de télévision très populaire et aimer des ivoiriens il s’agit de life tv.

L’aventure avec la télé continue et les retours sont formidables, l’aventure est encore longue je crois qu’on n’a pas encore fini.

Vidéo Teaser de Tosseta à la télévision :

Tosseta

Rubrique: « Hé c’la loi  » tous les mercredis dans le Grand Talk à partir de 18H30.

Médias de l’auteur : Tosseta

Facebook : TOSSETA.vrai | Abidjan Abidjan | Facebook

Instagram : T o s s e t a 👨🏾‍⚖️ (@tosseta_prince) • Photos et vidéos Instagram

Tik Tok : (1)T O S S E T A ✪ (@tosseta_) | TikTok

Opening Télévision : https://www.instagram.com/tv/Cjq0a5pBGT8/?igshid=ZDFmNTE4Nzc=

DES ETUDES DE DROIT AU JOURNALISME : COMMENT TROUVER SA VOCATION ?

Dans la rubrique « réalité et vie professionnelle », l’équipe Legislanne vous propose le témoignage d’une juriste de formation qui s’est tournée vers le journalisme par vocation.

Après l’obtention de mon baccalauréat en juillet 2012, j’envisageais de faire une licence en histoire. Quelques jours avant la rentrée à la fac, ma future vie d’étudiante connaît un revirement. Je décide de m’inscrire à la fac de droit. Persuadée que cette filière m’ouvrirait plus de portes que l’histoire, j’entre en licence de droit à l’Université d’Evry (Paris-Saclay). Tout était clair depuis le début. Je savais que je ferai du journalisme. Les études de droit étaient (simplement) une passerelle. Durant mes études, les matières de droit public ne m’ont jamais laissé indifférente (finances publiques, droit fiscal, ou encore droit administratif des biens…).

Après un parcours de marathon, j’obtiens ma licence de droit à l’Université d’Evry. Je me tourne vers la filière de mes rêves : le journalisme.

Je réussis un concours en école, et c’est ainsi que j’entre en master reporter chef d’édition dans une école privée, spécialisée en journalisme (Institut Supérieur de Formation au Journalisme Paris XVème).

Présentation ISFJ Paris Grande École de Journalisme : en franchissant les portes de l’Institut Supérieur de Formation au Journalisme et à la Communication digitale, vous rejoignez l’une des écoles les plus renommées dans le domaine du journalisme, de la presse, des médias et de la communication. (28) Présentation ISFJ Paris : Grande École de Journalisme – YouTube

I- Difficultés rencontrées durant les études en droit

Comme pour beaucoup d’étudiant en droit, la licence n’a pas été un long fleuve tranquille. Malgré mon fort intérêt pour cette filière, et mon implication, je suis passée par la case redoublement. J’avais un objectif en tête dès le départ : obtenir ma licence en droit, et poursuivre avec un master en journalisme. J’ai donc décidé de continuer, après avoir redoublé toutes mes années.

II-Présentation de mon métier actuel

Aujourd’hui, je suis journaliste présentatrice, rédactrice et reporter pour une station radio. Je travaille pour une radio régionale qui diffuse de la musique, et de l’actualité locale. Mes missions au quotidien consistent à faire de la recherche d’informations, rédiger les flashs infos, et les enregistrer, avant leur diffusion à l’antenne.

III-Conseils pour trouver sa vocation

Il est important de répertorier les choses que l’on aime faire.  Une fois la sélection faite, il faut chercher à pratiquer. Intégrer une association, effectuer un stage, une journée en immersion, ou encore se rapprocher de professionnels peuvent contribuer à trouver sa vocation.

IV-Présentation de l’auteure

Merveilles Bavuidinsi est titulaire d’une licence de droit de l’Université d’Evry depuis 2018. Elle a cumulé plusieurs années de bénévolat en association juridique en tant que parajuriste et auxiliaire juridique auprès des justiciables. En parallèle de ses études, elle a été chanteuse bénévole dans des évènements d’intérêt public pour venir en aide aux adjoints d’animation territoriale. Elle a entamé son expérience de journaliste dans une association cultuelle ayant une web radio et en tant que rédactrice SEO en alternance.

L’association Théléthon de la ville d’Evry a fait appel à ses service de rédactrice. Elle a également été journaliste correspondante chez RFI en Freelance. Actuellement, elle est journaliste, présentatrice, rédactrice et reporter à la Station de Radio Evasion.

REUSSIR ET BIEN VIVRE SES ETUDES DE DROIT PAR KAHINA

Les études de droit sont longues, chronophages, intenses, épuisantes, énergivores, autant d’adjectifs qui pourraient en faire fuir plus d’un. Pourtant, elles sont conciliables avec joie, plaisir, bonne humeur, passion, amour, découverte, enrichissement. Il suffit de trouver le juste équilibre. L’étudiant doit prendre soin de lui s’il désire arriver au bout de ce chemin sinueux pour certains, mais instructif pour tous.

La réussite n’est pas d’arriver au bout du sentier, c’est de naviguer vers d’autres perspectives en clôturant un chapitre avec satisfaction. Pour parvenir au bout de l’aventure avec le sourire, trois mots d’ordre : organisation, équilibre et stratégie. Tous ces éléments et plus encore ont été abordés dans les guides « Comment hacker sa L1 Droit ? » et « Comment hacker sa L2 Droit ? », parce qu’on a tous le droit de faire des études en ayant une vie !

L’étudiant qui réussit est organisé

Pour y parvenir, maîtriser les lois du temps est un bon début qui aidera à planifier avec intelligence.

S’organiser peut signifier beaucoup de choses. Ici, il s’agit de savoir structurer son temps pour en tirer le meilleur parti. Mais quel parti ? Celui d’avoir une vie sociale et des résultats satisfaisants. Oui, c’est possible. C’est d’ailleurs cet équilibre qui le permet.

Il s’agit donc d’organiser son temps pour :

–       Concilier études et vie ;

–        Être à jour dans l’apprentissage de ses cours/la préparation de ses TD ;

–        Pouvoir se reposer.

Quelques lois du temps

#1. Saviez-vous que l’ordre dans lequel est réalisée une série de tâches influe directement sur le temps d’accomplissement unitaire de chacune d’entre elles, mais aussi sur le temps global de leur ensemble ? Deux paramètres doivent être pris en compte : notre rythme biologique et la cohérence dans l’organisation désirée (#loideTaylor).

De plus, chaque personne dispose de son propre rythme biologique alternant des moments de forme et des besoins de récupération (#loideSwobodaFliess). Cette donnée est essentielle pour savoir découper son temps de travail de manière précise.

#2. Saviez-vous que le travail s’étale selon le temps qui lui est attribué ? Autrement dit, plus on se laisse du temps, plus le travail va s’étirer de manière à l’occuper en intégralité (#loideParkinson).

#3. Saviez-vous qu’ilfaut toujours plus de temps que prévu pour réaliser un projet (oui, apprendre un cours de droit, quel qu’il soit constitue le projet d’une vie !) ? Autrement dit, en complément de la loi Parkinson, il faut savoir réévaluer ses deadlines, avoir de la marge. (#loideHofstader) ?

#4. Saviez-vous qu’un travail réalisé en continu prend moins de temps et d’énergie que lorsqu’il est réalisé en plusieurs fois (#loideCarlson) ?

#5. Saviez-vous qu’au-delà d’un certain seuil l’efficacité décroit (#loidIllich) ? Il paraît qu’au bout de 90 minutes, la concentration chute (pendant ces 90, 25 minutes permettent une concentration maximale.

#6. Saviez-vous que 20 % des causes produisent 80 % des effets. Autrement dit, 80 % des résultats de votre travail ou de vos révisions découlent de seulement 20 % de vos efforts (#loidePareto) ? Autrement dit, 20 % des infos de nos cours composent 80 % de nos notes. Ces infos, ce sont celles qui sont essentielles, qui fondent nos connaissances plus poussées.

#7. Saviez-vous que le comportement humain nous incite à fuir le stress et à faire en premier ce qui nous fait plaisir. Une tâche pénible sera réalisée plus rapidement s’il existe la promesse d’une action plaisante juste ensuite (#loideLaborit) ?

#8. Saviez-vous que plus une tâche est appréciée, moins le temps passé dessus semble long (#loideFraisse).

Nous faisons état de la manière de s’approprier correctement ces lois du temps dans le guide « Comment hacker sa L2 Droit ? », car les connaître, c’est bien, mais savoir les exploiter, c’est mieux. Un peu comme vos connaissances de cours, mais je ne suis pas là en train de corriger des copies, n’est-ce pas ?

Planifier avec stratégie

Il s’agit de découper son temps pour être le plus productif possible. Pour planifier, il faut avant tout avoir une vision d’ensemble de son emploi du temps :

–       Personnel (sport/activité musicale/sorties/vie de famille) ;

–        Professionnel (emploi/stage/alternance) ;

–        Scolaire (CM/TD).

À partir de cette approche globale, l’étudiant a la possibilité de savoir les temps qui sont libres. Il ne s’agit pas de tous les affecter aux études, mais de les répartir stratégiquement entre repos (ne veut pas dire uniquement dormir !) et travail.

L’idéal étant d’avoir du 50 % travail/50 % détente, mais c’est parfois utopiste. Oui, lorsque tous les examens arrivent la pression monte et on veut bosser H24… On y est passés aussi. Cela dit, avec une bonne organisation, en ayant anticipé comme il le faut, du 60/40 peut facilement se jouer.

Il faut notamment anticiper les périodes d’examens (partiels/contrôles continus) pour planifier ses temps d’apprentissage et de révision de manière intelligente en fonction de ces échéances.

Par exemple, le contrôle de droit administratif tombe le 20 novembre ? Autant avoir appris et revu le cours à cette date, il sera intégré ce qui permet de prendre de l’avance pour le partiel qui se déroule fin décembre/début janvier.

C’est tout l’intérêt de planifier en ayant des objectifs qui doivent être SMART :

–       Spécifiques → précisément définis (qu’est-ce qui doit être réalisé)

–        Mesurables → en quantité/qualité (avoir revu X chapitres de X cours) ;

–        Atteignables → avec des moyens réalistes pour les atteindre ;

–        Réalistes → suffisamment motivants (oui, c’est très entrainant de se projeter à préparer ses TD !)

PS Laissez-vous toujours une marge de retard ! Ça évite de se sentir submergé et ça permet même d’avoir le sentiment de prendre de l’avance !

–       Temporalisés → délimités dans le temps

o Au mois avec des objectifs à long terme ;

o À la semaine avec des objectifs à moyen terme ;

o Au jour avec des objectifs à court terme(les to-do list sont très en vogue).

Toutes sortes d’outils aident à planifier, pensez-y, qu’il s’agisse d’applications mobiles ou de planners papiers. Et les bons vieux agendas, rien de mieux !

L’étudiant qui réussit a un équilibre

Comment parvenir au bout de la route si on ne prend pas soin de sa monture ? Il faut savoir prendre soin du physique comme du mental.

Le bien-être physique

« Mangez 5 fruits et légumes par jour ». Plus de légumes que de fruits s’il vous plaît. Plus globalement, alimentez-vous correctement.

On ne supprime pas d’aliments, ils sont tous nécessaires au bon fonctionnement du cerveau… Et ce dernier est important pour vos études, non ? Nous ne sommes pas nutritionnistes, mais nous savons que les lipides sont très importants (oméga 3…) En revanche, le sucre (blanc surtout !) peut altérer les capacités cognitives.

·       Limitons les excès, qu’il s’agisse des sucres, des graisses ou des substances psychoactives.

Buvez de l’eau (et prenez toujours une bouteille le jour d’un examen), elle est indispensable au bon fonctionnement du cerveau (qui en contient quand même pas mal) ! Indispensable, oui. Donc évitez les jus de fruits, ça n’hydrate pas (et en plus, ils sont bourrés de sucres…, quitte à en ingurgiter, autant qu’ils soient solides, des cookies ou des macarons, mais pas du jus).

Évidemment, pratiquer une activité sportive contribue à maintenir son physique en forme, pas uniquement visuellement. Plus le corps à l’habitude d’être en activité, moins vous subirez de douleurs (maux de dos, d’articulations, etc.). Mais nous ne sommes pas davantage coachs sportifs.

Si même la pub dit « manger, bouger » ce n’est pas pour rien.

Être étudiant c’est souvent rester de nombreuses heures assis (ou allongé, on vous voit réviser dans votre lit !), ce qui n’est pas très bon pour le dos ou encore les cervicales. Si vous souhaitez éviter les problèmes à long terme, mieux vaut ponctuer vos journées d’activités physiques bonnes pour le corps et l’esprit.

Le bien-être mental

Qui mieux que vous sait ce dont vous avez besoin ? Alors, qui mieux que vous peut vous le procurer ?

La motivation n’est jamais constante. Si vous vous acharnez à travailler sans répit, vous finirez par vous tirer une balle dans le pied. À la fin ? Pas de plaisir, un succès à géométrie variable (et quand bien même vous réussissez, à quel prix ?).

Est-ce que prendre une pause dans les révisions a déjà tué quelqu’un ? Non, jamais.

Lorsque j’étais étudiante, je mettais un point d’honneur à me reposer pour mieux assimiler et garder une once de motivation (j’avoue, elle n’était pas toujours là, mais la discipline m’a imposé de continuer).

Bref, assez parlé, comment faire pour être bien mentalement ? Pas de recette miracle. Tout dépend des personnes, des attentes et des besoins.

Cela dit, face au stress, aux périodes de rush, de révisions, de partiels et de fatigue intense, le repos sera l’une des clés.

Il ne s’agit pas de dormir (enfin si, entre 7 et 9 h par jour, cela dit, pas uniquement), mais de reposer mentalement son esprit.

·       Faites du sport (il aide à évacuer le stress et contribue au bien-être physique) ;

·       Jouez (ou écoutez) de la musique (ça détend !) ;

·       Regardez des séries (à mon époque je les dévorais en parallèle de mes révisions !) ;

·       Faites des sorties (attention, ne pas rentrer à pas d’heure, il faut quand même bosser) ;

·       Soirée plaid/chocolat chaud (n’abusez pas sur le sucre) ;

Vous l’aurez peut-être compris, il s’agit simplement de faire ce qui vous plaît. Vous vous mettez dans un état d’esprit de récompense : je bosse dur et avec implication, mais à côté, j’ai le droit de profiter.

Bref, soyez bienveillant avec vous-même, chouchoutez-vous.

« Non, mais Kahina (en vrai, les étudiants m’appellent Madame, mais on est entre nous), sérieux, on est étudiant en Droit, on n’a pas le temps pour le repos ».

Chers étudiants, nous avons été à votre place. Moi-même, j’ai eu peur, j’ai douté, j’ai hésité. Mais j’ai quand même pris des pauses, plus ou moins longues selon mes besoins, et j’ai réussi mes études avec des mentions TB de la L3 au M2 dès que j’ai appliqué cette méthode (j’étais plutôt à 12,5/13 de moyenne avant).

Vous pouvez et devez concilier études et perso !

L’étudiant qui réussit est stratège

–       Stratège dans sa planification (oui on anticipe).

–        Stratège dans sa manière de travailler → autant préparer les TD en ayant revu le cours qui porte sur le thème. Génial, du temps de gagné pour la suite, puisque vous maîtriserez cette partie !

–        Stratège dans le choix des options autant sélectionner des matières qui vous plaisent/sont faciles à apprendre/vous rapportent des points plus facilement (tous ces paramètres entrent en compte, à vous de les concilier).

– Stratège au niveau de sa présence en cours (ou absence en CM) → vous permettra d’assimiler déjà une partie des cours, donc gain de temps pour la suite de l’apprentissage et des révisions.

  • Si vous assistez aux CM il faut prendre les notes en étant impliqué, c’est-à-dire attentif de manière à savoir mettre immédiatement en évidence les éléments importants (intitulés/plan/principes/exceptions/conditions cumulatives/etc.).
  • Si vous n’assistez pas aux CM oui, récupérer les cours sert, mais ne suffit pas. Il faudra les retravailler par vous-mêmes (donc profitez du temps que vous avez pour le faire !) voire les compléter/mettre à jour. Pour y parvenir, utilisez les manuels présentés en bibliographie par vos enseignants.
  • Pendant les TD participez, posez des questions, prenez des notes pour compléter votre travail.

–        Stratège dans ses perspectives l’avenir ce n’est pas les études que vous vivez. C’est bien au-delà. Autant le préparer dès maintenant en étoffant vos CV (#sélectionenmaster).

o Participez à des associations (étudiantes ou pas, créez même la vôtre) ;

o Réalisez des stages ;

o Pratiquez des activités extrascolaires (parce qu’il faut vivre ! On n’oublie pas) ;

o Etc.

–        Stratège au niveau des notes il faut savoir aller chercher les points. Cela passe par une connaissance des attentes qui dépendent globalement de la méthodologie à maîtriser.

o On ne gagne pas de points en cas pratique en résumant les faits ou en récitant les articles du code (qualification juridique/majeure), mais principalement en argumentant pour étayer le raisonnement déductif (mineure). Donnez donc tout sur la mineure, c’est elle qui vous apportera ce 19 (ou même ce 20) ! Pas le reste.

o Dissertation/commentaire ? Vous pouvez déjà gagner pas mal de points en réalisant de bonnes introductions (bon pas la moitié de la note, mais vous pouvez vite l’atteindre si votre plan se défend bien avec des titres qualifiés, clairs et concis).

Pamplemousse Magazine │ Le droit de réussir, avec le sourire ! (pamplemousse-magazine.co)

LA GRATITUDE, CREATRICE DE RESILIENCE ET DE BONHEUR

En cette fin d’année 2022, l’équipe éditoriale Legislanne vous invite à un sujet d’actualité tourné vers le développement personnel. Il s’agit de la gratitude. En effet, le profil Instagram de Legislanne publie en début de semaine des phrases motivationnelles. Aujourd’hui, l’équipe éditoriale de Legislanne cède la plume à Sterenn ESSOMBA essayiste en politiques publiques.

Sterenn ESSOMBA est juriste mais surtout politiste. Elle est infiniment convaincue de notre capacité à aller de l’avant, à croire en nous et à ne jamais abandonner quels que soient les obstacles. Ancienne pessimiste devenue presque optimiste, elle nous invite à sourire à la vie et à, très souvent, la remercier.

Son mémoire a été publié sur internet : 2018-11-MEMOIRE-SterennEssomba (hypotheses.org)

« Tant que vous le rechercherez à l’extérieur de vous, dans la jouissance des objets et des personnes, votre bonheur sera fragile et instable. Et cela pour trois raisons : la première est qu’il est difficile d’obtenir tout ce que nous convoitons (…) La deuxième raison, c’est que les choses extérieures auxquelles nous aspirons sont soumises à une grande loi universelle : celle de l’impermanence (…) La troisième raison, c’est qu’en orientant notre désir vers les choses extérieures et les objets matériels, nous ne trouverons jamais le repos. Par nature, l’homme désire toujours autre chose ».

–       Frédéric Lenoir, L’âme du monde 

Le bonheur. Qu’est-ce réellement ? Bien des penseurs ont tenté de le définir, de l’expliquer voire de rendre accessible à travers diverses théories plus nombreuses les unes que les autres. Si l’envie vous prenait d’ouvrir le dictionnaire Larousse vous y trouveriez ceci : « état de complète satisfaction, de plénitude ; bonne chance, circonstance favorable ; joie, plaisirs liés à une circonstance ». Que de beaux mots difficilement appréciables et avant tout subjectifs ; car oui, la définition du bonheur n’est pas unique et encore moins appréhendable. Elle est à l’image des milliards de vies qui évoluent autour de nous, insaisissable. C’est avec modestie que je vous propose, à travers ces quelques lignes, une réflexion non pas sur le bonheur mais sur les raisons qui nous poussent, jour après jour, à nous en éloigner.

Si chacun et chacune peut plus ou moins visualiser ce qui pourrait y contribuer – et encore, il est parfois compliqué de saisir nos réelles aspirations – force est de constater que notre imaginaire nous pousse vers des horizons lointains. Qu’il s’agisse d’un bien, d’une personne ou encore d’une situation particulière, nous avons souvent tendance à désirer ce que nous ne possédons pas, ou pas encore. Heureux de recevoir dans un premier temps, puis, dans un second, malheureux de se rendre compte que nous ne possédons pas le reste. La recherche éternelle du bonheur ne serait-elle pas générée par notre manque de quelque chose ? Cela est fort probable et signifierait surtout que notre bien-être se trouve en dehors de nous, tel un autre qui évolue indépendamment de notre personne.

Chers lecteurs et lectrices, chère moi-même, les mots de Frédéric Lenoir sont l’illustration d’une réalité que nous avons tendance à omettre, volontairement ou non : les ressources que nous cherchons tant se trouvent déjà en nous. Plus encore, certains éléments de notre vie contribuent déjà à nous satisfaire. Certains rétorqueront alors que sans argent, sans travail ou sans amour, il est difficile de s’épanouir. Je suis entièrement d’accord. Mais ce qui est difficile n’est pas inatteignable. Gardons toujours à l’esprit que la vie est ce qu’elle est et qu’elle peut parfois être d’une dureté sans pareille. Pire, elle n’a pas l’obligation de nous donner ce que nous attendons d’elle. Comprendre cela, c’est déjà tenter de prendre du recul dans notre existence, c’est déjà se rapprocher d’une certaine tranquillité d’esprit. D’aucuns vivront dans la richesse, d’autres dans la pauvreté, les uns seront reconnus, les autres seront exploités. Bien des facteurs extérieurs comme la mort ou l’état de la société dans laquelle nous vivons ont ou auront un impact significatif sur nous. Le malheur n’épargnera personne, c’est ainsi. Mais la gratitude nous permettra d’avancer vers le bonheur, elle nous permettra, parfois, de faire preuve de résilience car nous sommes chanceux. Oui, nous sommes toujours chanceux. Chanceux d’être en vie – même pour celui qui maudit sa venue au monde – chanceux d’être en santé ou de ne pas l’être – la maladie pouvant nous permettre de nous découvrir des ressources insoupçonnées – chanceux d’avoir des moyens financiers ou d’être fauché – l’obscurité finissant toujours par laisser place à la lumière. N’oublions jamais que toute situation est temporaire, quelle qu’elle soit. Omettre cette vérité, c’est se condamner à survivre, à perdre espoir et à faussement croire que rien n’évoluera jamais en notre faveur. Comment être pleinement heureux, malgré toutes les richesses du monde, si en notre for intérieur, nous ne prenons pas conscience des bénédictions que nous avons déjà reçues. Bien des riches et des personnes aimées sont malheureuses dans leur palais, nombreux sont les pauvres et solitaires qui arrivent à se créer un bonheur depuis leur environnement misérable. Tous sont l’exemple parfait de notre capacité à créer notre bien-être.

La gratitude est un cadeau que l’on se fait à soi-même. Elle démontre notre capacité à remercier la vie pour ce que l’on possède – et qui est déjà beaucoup. Remercier la vie, c’est la remercier pour les réussites comme pour les leçons : nous devons essayer de nous montrer reconnaissants envers ce que nous jugeons « bon » mais aussi « mauvais » car même la plus cruelle des leçons peut se révéler précieuse. Certes, certains et certaines vivront des atrocités dont ils peineront à se relever, des difficultés qui les auront marqués à vie, mais celles-ci n’ont pas vocation à les définir. Bien au contraire, parvenir à faire preuve de résilience ou le tenter même sans y parvenir, est un pas pour soi, des pas vers un futur bonheur, une marche vers la vie.

Je conclurai par ces mots. L’idée portée par ce texte n’est pas une invitation à la non-évolution ou à l’acceptation d’une situation sans broncher. Si vous désirez devenir, si vous souhaitez acquérir, je ne peux que vous le souhaiter. Mais n’oubliez surtout pas que vous êtes déjà beaucoup.

Sterenn

10 RÉFÉRENCES DE MÉTHODOLOGIE EN COMMENTAIRE D’ARRÊT POUR LES ÉTUDIANTS EN DROIT (SECRETS, ASTUCES)

Dans la rubrique « vie étudiante », legislanne vous propose 10 références méthodologiques pour le comment d’arrêt.

1/ La méthode du commentaire d’arrêt

La méthode intégrale du commentaire d’arrêt de Jurixio

2/ Comment réussir un commentaire d’arrêt

Le commentaire d’arrêt et ses secrets par Géomancis media

3/ Méthodologie d’un commentaire d’arrêt

Méthodologie par le droit en 5 minutes

4/ Méthodo commentaire d’arrêt

Comment devenir un génie du commentaire d’arrêt

5/ Méthode du commentaire d’arrêt

Méthode du commentaire d’arrêt par Claire Quétand-Finet)

6/ Commentaire d’arrêt en 5 minutes

Méthodologie en 5 minutes par Jurismana

7/ Méthodologie du commentaire d’arrêt

Méthodologie partie 1
Méthodologie partie 2

8/ Méthodo avec Caro

Méthodo Caro BMB

9/ La méthodologie avec le monde juridique simplifié

La méthodologie juridique

10/ Méthodologie avec étudiants en confinement

Étudiants en confinement

Les références : @Morgan CHERVET @ Ifa @ Constance @ Loralis @ Claire @ Hervé @ Raphaël @ Caro @ Lamiaa Bencherqui @ EnConfinement

Toute l’équipe de legislanne vous souhaite de la réussite lors de la rédaction de votre commentaire d’arrêt.

%d blogueurs aiment cette page :